Rencontre avec le père Joseph, de l’Église syriaque orthodoxe, moine de l’ordre de Saint Ephrem.

Merci au père Joseph, arrivé à Francfort via Beyrouth, pour ce partage à la porte d’embarquement de notre vol à Bogotá.

Il m’a donné des nouvelles du père Roger, aussi de l’Église syriaque orthodoxe, qui a fait sa thèse à l’Institut Catholique de Paris et a prêché à l’église Saint-Joseph-des-Carmes, lors de la messe pour l’unité pendant la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens en 2012.

Quelles sont vos attentes du Forum chrétien mondial ?

D’abord, le père Joseph espère que le thème « Que l’amour fraternel demeure » sera médité et discuté par tous les participants, que ce message sera compris comme le cœur de notre rassemblement ainsi que de l’unité des chrétiens.

Il souligne que la persécution de l’Église et des chrétiens est récurrente en Moyen-Orient. Comment en prendre conscience aujourd’hui ? Comment être à l’écoute des chrétiens d’Orient ? (Ce thème, « La discrimination, la persécution et le martyr : suivre ensemble le Christ » est à l’ordre du jour du mercredi après-midi)

Grâce à cette rencontre, il voudrait pouvoir mesurer l’engagement de jeunes chrétiens au service des autres dans le monde.

Qu’est-ce que l’expérience du Forum chrétien mondial pourrait-elle apporter au retour, chez vous ?

Le père Joseph souhaite que le message d’amour fraternel sera bien reçu, que ce temps de réflexion et de rencontre va permettre de changer des idées préconçues et certains stéréotypes des chrétiens d’Orient qui sont véhiculés par des médias qui sont biaisés.

Qu’est-ce que votre Église apporte-t-elle à l’unité de l’Église du Christ ?

L’Église syriaque orthodoxe est une Église apostolique. Elle apporte la richesse de la tradition, des prières, des spiritualités, un héritage reçu et transmis depuis des siècles. Elle apporte de la fidélité dans la transmission des enseignements des Pères de l’Église, qui ont compris la vie du Christ et le témoignage de la Bible grâce à l’inspiration de l’Esprit Saint. Leurs expériences spirituelles continuent d’enrichir le patrimoine chrétien aujourd’hui, surtout car nous avons besoin de nous appuyer sur une base solide, comme le roc de la foi de Saint Pierre.

Pourriez-vous nous conseiller un Père de l’Église qui vous semble particulièrement pertinent aujourd’hui?
Notre époque a besoin de spiritualité plutôt que de la théologie dogmatique; nos contemporains ont besoin d’approches pratiques. Saint Ephrem est un poète spirituel qui a exprimé sa théologie « orthodoxe » à travers la poésie. Il était aussi serviteur de l’amour du Christ, un moine qui soignait des malades dans les hospices, qui enseignait. C’est un héro de la foi.

Nous avons tant besoin de saints qui ne se lassent pas de s’épanouir dans la Bonne Nouvelle et le don de soi aux autres.

***
Merci encore au père Joseph pour ce partage.

 

Il y a deux paroisses de l’Église syriaque orthodoxe en France, en Seine Saint-Denis, l’Eglise Sainte-Marie-Mère de Dieu et la paroisse Saint-Christophe.

Je voudrais exprimer ici toute notre solidarité avec les chrétiens d’Orient. Nous espérons que nous saurons être à l’écoute, au Forum et au retour chez nous.

Katherine Shirk Lucas